107 - Mercredi 8 juillet, épisode 4

Annonces

  • De Paul Fabra, dans Les Echos du 7 juillet, page 13 : « Le nouveau sens de la « liquidité » ».
    Résumé : « États et banques se tiennent pour imposer un régime artificiel de « liquidité » des marchés. » Accès par le site de l’atelier.
  • Les épisodes 1 et 2 du feuilleton de science économique sont parus dans le bulletin du 23 juin 2009. Le nombre total d’épisodes de ce feuilleton paraît, à ce jour, devoir être d’une soixantaine.
  • En l’attente de la rédaction de nouvelles écritures en projet pour 2010, le contenu du site comporte la matière première d’un feuilleton de politique économique.

Feuilleton de science économique

3 - La science économique faite science objective (pour mémoire)

Depuis le XVIIe siècle, le mot « économie » est aussi utilisé pour parler de l organisation d’un système, d’un ouvrage, d’un comportement. Dans ce sens, il existe, englobant l’économie des échanges marchands et des transferts, une économie surplombante des activités humaines, elle-même surplombée par l’économie de la condition humaine, etc.
Inclination spontanée : considérons d’abord l’économie de la condition humaine afin d’en tirer des règles générales auxquelles sont soumises les activités humaines, dont celles qui consistent à échanger à titre marchand et à transférer des termes d’échange.
Inclination analytique : focalisons notre observation sur ce qui est inhérent aux échanges marchands et aux transferts car c’est la façon de faire la mieux à même de nous procurer la connaissance la plus objective et la plus utile du système de ces échanges et transferts, affaires monétaires bien entendu comprises.
L’économie politique objective procède de la seconde inclination. Les aspects subjectifs de la pratique des échanges marchands et des transferts n’y sont pas niés. En revanche, l’observation est centrée sur les aspects objectifs. Ces derniers ne font pas exception à la règle : ils émergent, tel un chapelet d’îles, d’un océan de subjectivité; avec, au côté ou au sein de la science molle « économie subjective », la science dure « économie objective » ?

4 - Le point de départ

Le point de départ des Propositions premières de science économique est l'utilisation des définitions au sens de ce concept en logique mathématique (théorie des ensembles non flous). Le commentaire de la proposition 1.1 et son appendice disent pourquoi.
Au premier rang de ces définitions on trouve la définition des échanges marchands puis la définition des transferts (transfert de termes d'échanges marchands). Cela posé vient la définition de la science économique : étude des aspects objectifs et systémiques de la pratique des échanges marchands et des transferts.

Cette définition de la science économique est-elle trop étroite ? L’arbre se juge à ses fruits. Entreprenons donc pas à pas l’instruction de ce jugement. Faisons-le en tenant à l’écart les préjugés qui poussent aux fautes d’observation et de raisonnement. Actuellement, il y a au premier rang de ces préjugés les deux suivants :

  • Préjugé 1 : trop peu se prête à l’établissement d’une science dure des échanges marchands et des transferts pour que cette dernière soit un progrès important.
  • Préjugé 2 : une science dure est nécessairement amorale.

Est, en fait, moral tout ce qui est relatif aux mœurs. Une science dure d’un aspect de la pratique des échanges marchands et des transferts est à double titre morale. Elle l’est par son objet. Elle l’est par sa méthode car l’esprit scientifique dont elle demande de faire l’effort n’est lui-même rien d’autre qu’une morale au sens qui vient d’être rappelé.

Bulletin suivant

L’annonce sera sur le contenu du site. Titre de l’épisode suivant du feuilleton : 5 - Tout salarié est un marchand.

DM & AL