146 - Jeudi 11 novembre 2010, épisode 43

N’appelons « profit » que le revenu de la propriété ou copropriété d’entreprise.

Cet épisode sur la définition du profit et ses implications les plus directes est le premier d'une série qui suit celle sur le capital et qui précède celle sur l'emploi.

Cette définition réduit le profit au dividende dans le cas des entreprises en copropriété.

1. Tout prélèvement sur le bénéfice d’une entreprise est du profit à une condition.

Ce prélèvement doit avoir exclusivement pour destinataire(s) le(s) propriétaire(s) de l’entreprise. Aucun travailleur en tant que tel ne perçoit du profit.

Dans l’entreprise en nom personnel, la tradition a été, et reste là où la gestion est la moins élaborée, que le propriétaire et exploitant ou bien ne sépare pas ses prélèvements qui constituent son salaire de ceux qui sont du profit ; ou bien se tient à la règle que tout le revenu qu’il tire de son entreprise est celui de son travail ou de son placement.

2. à 7. :

NB : Les liens du type ci-dessous mettent maintenant le passage indiqué en haut de page du navigateur¨(cette amélioration fait partie de récents changements apportés au site) .

2. Des confusions ayant encore cours ont pour origine ces usages.
3. Plus-value et profit sont des réalités différentes.
4. Le profit est une rente.
5. Les loyers perçus sont le chiffre d’affaires d’une entreprise.
6. Le profit n’est pas une contribution à la reconstitution d’une épargne placée en capital.
7. En dépit de la traditionnelle expression « pertes et profits », le profit n’est pas symétrique de la perte.

DM