190 – 17 mai 2013

Le remède existe

Sa découverte est une chose. La façon de l’administrer en est une autre, politiquement captivante.

Le dernier paragraphe de l’article Relancer l’économie sans aggraver la dette de l’économiste américain Robert J. Schiller affirme : « Une forme de relance avec équilibre budgétaire pourrait séduire les électeurs s’ils pouvaient être convaincus que l’augmentation des impôts n’implique pas nécessairement un préjudice ni une centralisation accrue de la prise de décision ». Opter pour la création d’emplois d’abord par les placements directs en parts sociales revient à opter pour une décentralisation accrue.

Nous ne le faisons pas encore assez explicitement apparaître, dans la reformulation de nos propositions majeures de politique économique. Roland Verhille, dans sa réaction à l’appel de Jean-Pierre Motte au développement durable, rappelle ô combien trop d’État est destructeur.

Autre reproche que nous avons à nous faire : nous ne nous adressons pas assez aux jeunes gens. D’où l’envoi le mois dernier à deux d'entre eux de Demain l'économie, première lettre.

DM, AL