191 – 17 juin 2013

Première section

En section [Science économique], la trame du chapitre sur les prix tient maintenant en douze propositions, et la trame du chapitre sur la monnaie en sept propositions. C’est, pour ces chapitres qui sont les deux derniers de cette section, avant la mise à l’épreuve et l’explication de ces vingt énoncés par leur argumentation. Puis viendra le temps d’aligner formellement les argumentations des chapitres 1 et 2 sur ceux des chapitres 3 à 12, ainsi que d’unifier l’avant chapitre 1 dans une seule préface et de revoir les appendices.

Faisons advenir

Chers compatriotes, nous voulons le plein-emploi. Nous ne l’obtenons pas parce que nous le voulons mal. L’économie est avant tout affaire d’économies au pluriel. Vous avez raison de faire des économies. Et vous avez raison d’être disposés à en faire davantage. Mais nous avons eu collectivement deux grands torts. D’une part, nous n’avons pas voulu les pleines rémunérations du travail et du capital. D’autre part, nous avons été trop nombreux à tenir pour accessoire de faire des économies de dépense publique. C’est au point que notre pays a perdu la maîtrise du prélèvement public. Il lui faut la recouvrer. Accordons-nous à cette fin sur deux règles. Leur application nous fera sortir du surendettement public. La création d’emplois s’en portera mieux. Cette sortie et notre plus grande aptitude à faire des économies de dépense publique permettront de baisser le poids de l’impôt. En obligeant alors vos élus à utiliser cette possibilité, vous favoriserez la création d’emplois. Alors aussi notre conversion collective aux pleines rémunérations du capital et du travail nous procurera le plein-emploi. Nous aurons eu l’intelligence de faire des économies là où il le fallait et à la hauteur qu’il le fallait. Nous aurons eu aussi l’intelligence de rompre avec des manières de voir et de faire qui maximisent des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général. Nous aurons renforcé la viabilité et la spécificité de la construction européenne. Certes nous l’aurons fait plus souvent dans la peine que dans la joie. La République libérée a pour contre-modèle la république confisquée. L’économie idéologiquement trafiquée a été et restera l’instrument de ce contre-modèle. Face à ce danger les pleines rémunérations et les deux règles soumises à votre sagacité ne sont pas superflues. Faisons donc advenir ces ruptures libératrices !

AL, DM