L'Anticapitalisme : la pétition de principe du marxisme qui, accréditée, a engendré le néolibéralisme

Extrait du chapitre 5, sous titre de l’auteur, mentions entre [ et ] de DM]

Où l’immense « révolution théorique » du marxisme se réduit à un contresens

[Quinzième paragraphe] … [Adam Smith] croyait que l’échange portait sur le travail. Marx rectifie bien cette erreur grossière mais c’est pour affirmer que le capitaliste achète la force qui engendre le travail, comme si c’était le travail lui-même [en tant que dépense d’énergie humaine] qui intéressait le capitaliste. Marx pousse la méprise jusqu’à ses extrêmes conséquences. [Ce faisant il commet la pétition de principe constitutive de l’apparente recevabilité du marxisme et à ce point accréditée par la pensée économique néoclassique qu’elle a engendré ce qu’il est maintenant convenu couramment d’appeler le néolibéralisme, ou « le capitalisme » tout court aux yeux de la quasi-totalité de nos contemporains all around the world jusqu’à présent (2011).]

Le raisonnement syllogistique [au sens péjoratif de raisonnement purement formel, étranger au réel] dont la conclusion lui [Marx] semble livrer la vérité est exposé dans la préface d’Engels :

En quoi s’analyse en définitive le travail ? En une dépense d’énergie humaine. Cette dépense d’énergie, « en tant qu’activité créatrice de valeur ne peut pas avoir de valeur particulière [pas de valeur d’échange en contrepartie d’un salaire] ». Ce qui s’achète et se vend sur le marché du travail n’est donc pas le travail.

Cependant, si le travail lui-même n’a pas de valeur [marchande], l’entretien de la force de travail coûte un certain prix en nourriture, vêtement, logement et autres biens nécessaires à la vie du travailleur. La force de travail peut donc avoir une valeur.

Elle a effectivement cette valeur « dès qu’elle devient une marchandise ».

La conclusion coule alors de source : « L’achat et la vente de la force de travail de travail sur la base de cette valeur ne sont donc * nullement en contradiction avec la loi économique de la valeur. »

Après avoir écrit : « Ce qui s’achète et se vend comme marchandise, ce n’est pas le travail, mais la force de travail », Engels écrit : « Dès qu’elle devient marchandise [soulignement de DM], sa valeur est fonction du travail incorporé en elle, en tant qu’elle est un produit social ; elle est égale au travail socialement nécessaire à la production et reproduction de la force de travail. L’achat et la vente de la force de travail sur la base de cette valeur ne sont donc nullement en contradiction avec la loi économique de la valeur. »

Le lecteur aura remarqué le : « Dès qu’elle devient marchandise… ». La question est résolue d’avance alors que c’est elle qu’il s’agit de résoudre. [C’est le propre d’une pétition de principe, cette faute de raisonnement dont, pour l’heure, de moins en moins de gens ayant pourtant fait « de bonnes études » savent en quoi elle consiste et quel nom elle porte.]

[Mise au jour par Paul Fabra seul et pour la première fois, la solution orthologique au problème du statut du travail en économie est exposée au chapitre 2 de la section Science économique du présent site. Je n’ai mis en chantier des Propositions premières de science économique qu’après avoir appris de Fabra l’existence de cette solution sans laquelle il manque une pièce irremplaçable d’articulation logique d’un traité d’économie politique objective (EPO, ou « science économique » au singulier) – irremplaçable car sans cette élucidation.]

––––––––––––––––––––––

* C’est moi [Paul Fabra] qui souligne donc dans cette phrase. Par une sorte de fatalité « symptomale » [symptomatique, au sens non médical de cet adjectif, caractéristique, telle je comprends la chose qui vaut, ô combien, d’être remarquée], l’emploi du « donc » par un auteur est souvent le signe que son raisonnement est fautif, comme si l’insertion de cette conjonction était destinée à tenir lieu de l’articulation logique qui manque à cet endroit précis.

Rôles, avancée, résumé, de l’effort au réconfort, cocorico !

Rôles

Certes, comme l’a écrit Engels en préfaçant Marx, « l’entretien de la force de travail coûte un certain prix en nourriture, vêtement, logement et autres biens nécessaires à la vie du travailleur. » C’est là d’un rôle dont il est question : celui de toute personne qui doit acheter (échange) ou se faire donner (transfert) pour subsister. Ce rôle est différent de celui de la personne qui, à même fin (et faim) doit ou veut tirer un revenu de son travail. Amalgamer ces deux rôles est, de ce fait, arguer de l’un pour analyser l’autre. C’est alors de l’imaginaire qui est construit par du « donc » dissimulateur d’une pétition de principe ou d’un autre raisonnement fautif.

Avancée

Il n’y a pas que Marx qui se soit trop peu appliqué à l’indispensable distinction des rôles afin de prendre pleinement appui sur de vraies définitions qui sont à l’œuvre sur le terrain. Bien voir ce qui est spécifique aux entreprises et jusqu’où il y a des entreprises rapproche considérablement du réel – chapeau bas pour avoir tiré ça bien au clair. Si Ricardo en avait eu plus fortement la prescience, il n’aurait pas repris de Malthus (et Smith ?) la division en « trois classes ». Il l’aurait remplacé par deux rôles, celui du travailleur et celui du placeur qui n’est pas une entreprise, l’un et l’autre possiblement joués par le même individu. Ces mises au point, ajoutées à l’élucidation de Fabra sur le statut du travail, font de l’avancée qui honore considérablement l’Atelier.

Résumé

Ce n’est pas la « force de travail » qui est achetée au salarié comme du combustible à l’entreprise qui en vend. C’est le produit de sa dépense d’énergie ; c’est son ouvrage dont le prix se forme par un mécanisme de double répartition, celle du revenu global puis celle du revenu total du travail en salaires individuels. N’ayant pas été formaté par l’Université et encore moins par l’Éna pour regarder dans cette direction, j’ai été d’abord très bousculé en mon for intérieur et à deux doigts de repousser autant de rupture épistémologique assumée pour faire avancer de la recherche de vérité tenue sous le boisseau. C’est quitte à passer pour des infréquentables, tant que des Autorités n’en donneront pas la permission, car c’est oser non seulement soutenir que c’est de fond en comble qu’il faut refaire l’économie politique mais aussi pour de vrai et en solide refaire – ça c’est encourir le verdict d’un épais silence sur des travaux d’énorme intérêt général menés avec des moyens financiers complètement dérisoires par rapport au moindre laboratoire de recherche économique fondamentale aux frais du contribuable ou de je ne sais quel « mécénat » qui entend que des fondamentaux à son avis éprouvés restent tenus pour intangibles, dont la loi de l’offre et de la demande en bonne à tout faire en économie et ailleurs.

De l’inconfort au réconfort

En ce qui me concerne, après le temps de l’inconfort est venu celui du réconfort. La mécanique de la double répartition est admirable par son ingénierie sociale naturelle. Sa découverte est tellement sidérante au regard des égarements des sciences économiques officielles que je vais m’efforcer d’y revenir dans un article à mettre en ligne. Ce sera avec l’espoir que cet article sera utile en premier lieu à ceux qui ont la bonne fortune de fréquenter plutôt assidument l’Atelier, en deuxième lieu à l’essor de la notoriété de ce laboratoire très probablement aujourd’hui sans pareil – cocorico !