L'initiation

strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/atelierpa/www/modules/book/book.module on line 559.

Qui les hait n’en est pas moins obsédé que qui les adore,
et inversement.
D’après Roland Caillois[1]


[1] Dans son Introduction aux Œuvres complètes de Spinoza dans la bibliothèque de la Pléiade (Gallimard, 1954), Roland Caillois écrit (page xii, paragraphe commençant par « Ces moments de difficile pensée », la mise en caractères gras est mon fait) : « Dès lors, Spinoza ne méprisa plus ni l’argent ni le plaisir, car qui les hait avec passion n’en est pas moins obsédé que qui les adore », et inversement. Cela vaut non seulement pour l’argent et le plaisir, ce qui déjà fait beaucoup, mais aussi pour entre autres l’art et la science, l’érudition et l’initiation, l’économique et le politique, le libéralisme et le socialisme.