Aa - Mise en chantier

— Supposons qu’un éditeur nous demande de lui soumettre le canevas d’un livre sur les principes de l’économie de plein-échange. Que commences-tu par faire ?

Page de garde, rôles

— Je commence par me mettre d’accord avec toi sur trois points : la page de garde du document à faire parvenir à l’éditeur, le public à qui l’ouvrage est destiné, la postérité de l’ouvrage.

— La page de garde coule de source. Il y figure, sous le titre Principes de l’économie de plein-échange, la mention Atelier Paul Fabra puis, sous cette mention et en plus petits caractères, les noms des auteurs.

— Faute d’assez de temps à y consacrer, tu n’auras peut être finalement fait que signaler des maladresses et des manques. Mais ce sera avec tant de constance et de sympathie pour les idées avancées que tu auras été non seulement pleinement un coauteur mais aussi celui des deux qui a le plus contribué à rendre l’ouvrage plus lisible.

— Ce rôle me convient, pourvu qu’il ne soit pas en surcharge du travail que demande le bulletin de l’Atelier.

—  J’accepte d’autant plus volontiers cette condition qu’elle vaut pour moi.

Public auquel l’ouvrage s’adresse

Te convient-il également que l’ouvrage s’adresse délibérément aux gens prédisposés à s’ouvrir à une vision de l’économie qui n’a pas encore cours ?

Je n’arrête pas de me demander si le nombre de ces gens est grand, petit ou très petit. Je désire, comme toi, que le parti du plein-échange ne reste pas pour encore des décennies et des décennies un groupuscule. N’y a-t-il pas des critiques et des prescriptions qui sont de nature à faire grandir ce parti ?

— Les critiques les plus décisives et constructives s’extraient de l’exposition de réalisables manifestement préférables à ce qui existe actuellement. Encore faut-il doter cette exposition de la force de l’évidence. En s’y échinant le nombre de gens disposés à s’ouvrir à cette vision devient plus grand, jusqu'à ce que ce que de la renommée colportée par des personnalités commence à faire boule de neige.

Postérité du travail fait

— Quel engagement me demandes-tu de prendre sur la postérité de l’ouvrage ?

— Nous ne savons pas si nous aurons le temps de mettre ensemble un point final à une première version. Si ce n'est pas le cas et puisque tu es plus jeune que moi de plus de 20 ans, je te demande d’aller jusqu’à ce point final, de préférence en coopération avec ton possible successeur en tant que secrétaire général de l’Atelier.

— Même cela fait, la question de ce qui pourrait être mieux vu et dit sur les principes de l’économie de plein-échange restera à jamais posée.

— C’est pourquoi je te demande aussi de mettre, le moment venu, au programme de production de l’Atelier la reprise de la première version, puis des versions précédentes, sans rien changer d’autre à la page de garde que les noms des auteurs qui se sont juchés sur les épaules de leurs prédécesseurs pour tenter de mieux faire.