Ad – Début d’enquête

— Qu’appelons-nous «  plein-échange » ?

Un état de l’économie de marché. Un peu moins brièvement dit, un état de la pratique des échanges marchands.

Méthode d’investigation

L’énumération des caractéristiques essentielles de cet état procure un début substantiel de définition en extension du plein-échange.

La méthode d’établissement de cet inventaire est la même que pour la théorie des prix.

— C’est sans surprise puisque tout prix est une valeur d’échange marchand et inversement. Nous avons dans nos archives une typologie des échanges marchands. Utilisons-la.

La rémunération du placement en capital

Commençons par la rémunération du placement en capital social, c’est-à-dire en titres de copropriété d’entreprise.

— L’emploi en dépend potentiellement beaucoup mais réellement pas encore assez dans l’esprit des autorités qui ont le plus de pouvoir sur l’évolution de nos mœurs économiques.

La rémunération du placement en capital est le terme d’un échange dont l’autre terme est le service fourni par ce placement. C’est d’abord, selon l’expression de Fabra, « le profit dans le schéma de l’échange » qui n’est pas assez présent dans l’esprit des autorités.

— C’est ensuite ce qui rend cet échange plénier et les raisons pour lesquelles ce sera un grand progrès quand il le deviendra. Mais l’affaire est lourde. C’est la question du modèle actionnarial qui est posée.

Maltraitance du placement en capital

Plus le taux de capitalisation des entreprises

— Par l’expression « taux de capitalisation des entreprises », nous désignons la proportion de capital dans le financement des entreprises, ce financement étant par ailleurs inévitablement constitué de crédits. Le taux de capitalisation d’une entreprise importe plus que le montant de son capital.

Plus ce taux est élevé, plus la croissance des entreprises et l’emploi vont bon train, toutes autres choses que celles qui font obstacle à cette élévation étant égales par ailleurs.

— La publicité systématique de ce taux pourrait bien ne voir le jour que quand la maltraitance du placement en capital sera en voie de disparition. Les travailleurs et leurs avocats qui sous-estiment les retombées négatives de cette maltraitance sur l’emploi et les rapports avec les employeurs ne voient pas à côté de quoi ils passent. Il en va de même des consommateurs et de leurs avocats.

Mobilisation générale

Une conséquence est que le placement en capital social ne procure au mieux à l’épargnant qui y procède qu’une fraction des pouvoirs qui lui reviennent quand il y a, sur ce point, plein respect de la logique de l’échange marchand.

— Faisons attention à cet argument, dont j’ai agité le chiffon en parlant d’échange plénier. Le résumé que tu viens d’énoncer a de quoi laisser sceptique. Le plein respect de la logique de l’échange du placement en capital contre sa rémunération, qu’est-ce à dire concrètement ?

Tu as raison. Pour qu’il y ait un jour une mobilisation générale sur la création d’emplois par un vif et durable regain du placement direct d’épargne en capital, il faut un changement de doctrine sur le profit et le modèle actionnarial. Attachons-nous à faire aisé à comprendre qu’un nouveau capitalisme est possible.

— Possible et socialement de rang supérieur. L’affairisme, avec ce qu’il comporte d’attentatoire au bien commun, n’est pas le nec plus ultra de l’économie de marché. Tout le monde le sait mais on est encore bien loin, en France, d’un consensus sur ce qu’il y a à soigner et comment le soigner.