Ea - Fondement conceptuel : l'économie politique objective

< ... l'économie politique objective

« La société contemporaine est encore analysée selon les modèles abstraits qu’en avaient proposé à la fin du XIXe siècle, les économistes néolibéraux, a écrit Paul Fabra en présentation de L’Anticapitalisme / Essai de réhabilitation de l’économie politique objective (première édition en 1974). Leurs constructions artificielles forment aujourd’hui la base de la doctrine enseignée sous le nom de science économique dans toutes les universités d’Occident. On a appelé « hédonistes » ces économistes parce que, pour eux, l’origine de la valeur se trouvait dans le besoin ou, si l’on préfère, dans le désir de consommation, ce qui les a amenés à poser l’axiome – sur lequel repose notre moderne « société de consommation » – que, dans l’échange, « le fait principal est la demande et le fait accessoire l’offre » (Léon Walras, 1874). Ce principe est contraire aux exigences de notre époque. Il est en train de s’écrouler sous les coups des évènements. (…) / Ce qui frappe depuis lors dans l’histoire de la pensée économique, c’est, à part quelques découvertes partielles, son caractère régressif qui fait songer à ce qui advint de la physique et de la biologie tant que les savants n’en revinrent pas « aux sources mêmes de la connaissance » [objective] (Jacques Monod).  / (…) C’est de fond en comble qu’il faut réviser l’économie politique, faute de quoi il sera difficile d’éviter que la société ne cède à la tentation de solutions imaginaires : la Révolution ou son contraire, la contre-Révolution. »

Sur le présent site :