Q - Cinq problèmes, trois solutions, deux pistes

1. La conciliation de la croissance et de l’assainissement des finances publiques fait problème. Or il y a une solution en sortant du carré de l’orthodoxie actuelle. C’est au moyen d’une réforme de la rémunération du placement en capital.

2. La répartition entre revenu de la propriété, d’entreprise notamment, et revenu du travail fait problème. La réforme de la rémunération du placement en capital active une autorégulation qui solutionne ce deuxième problème. La pente communément admise être celle du capitalisme est renversée.

3. L’écart croissant entre les plus bas et les plus hauts salaires fait problème. La réforme de la rémunération du placement en capital a pour complément logique d’une part une régulation sociale des écarts de salaires, d’autre part l’instauration d’une pleine rémunération du travail, qui elle aussi continue à faire défaut.

4. Le capitalisme trop largement voué à la recherche de plus-values fait problème. Il est systémiquement instable et socialement ségrégationniste. Les quelques mesures décrites à grands traits ont la propriété remarquable de faire changer de cap.

5. Ramener le secteur public à son périmètre régalien fait problème. Ces mêmes mesures ont aussi pour propriété remarquable de mettre la société civile en mesure de prendre le relais de l’État-providence.