10.6. Un fort TMNC est favorisé quand les intérêts facturés par les entreprises sont à des taux supérieurs au TMNP.

TMNC : Taux Moyen National de Capitalisation. TMNP : Taux Moyen National de Profit.

1. Les banques centrales ne font pas partie des entreprises dont il est ici question.

En revanche, tout autre établissement financier qu’une banque centrale en fait partie. Les taux des intérêts facturés à leurs clients par les entreprises autres que des établissements financiers tendent à être, par sorte de crédit consenti et pays par pays, ceux que ces établissements pratiquent.

2. Soit un établissement financier dont l’encours des crédits qu’il octroie est plafonné au montant de son capital social.

Pour cet établissement, la rémunération de son capital ne peut être proche du TMNP que si la moyenne pondérée des taux des intérêts qu’il facture est supérieure à ce même TMNP.

Cet établissement participe de deux façons à l’élévation du TMNC. L’une est la structure de son propre financement. L’autre est à raison des crédits qu’il octroie à d’autres entreprises, la cherté relative de ces crédits poussant à leur préférer des augmentations de capital.

3. Ce modèle réduit l’exposition à des crises économiques d’origine financière.

Mais, faut-il s’empresser d’ajouter, ce modèle n’est généralisable que progressivement, voire hélas très progressivement. Les resserrements, par la réglementation à laquelle ces établissements sont soumis, du rapport entre l’encours des financements qu’ils procurent et leur capital social font progresser en ce sens. Cette progression est cependant freinée par l’industrie financière. Ce freinage ne peut pas perdre de son efficacité tant qu’il ne sera pas reconnu institutionnellement (université, syndicats, gouvernements, notamment) que l’expansion de cette industrie chrnoniquement plus rapide que la croissance du reste de l’économie engendre plus de méfaits qu’elle ne procure de bienfaits.

4. Cette reconnaissance va de pair avec une autre.

L’augmentation de l’endettement public chroniquement plus rapide que la croissance de l’économie engendre lui aussi plus de méfaits qu’il ne procure de bienfaits. C’est, en grande part, pour la même raison. Un pays et un groupe de pays se libère du joug de l’industrie financière en se contraignant au respect de deux règles de gestion des finances publiques.