9.6. Les écarts de salaires horaires règlent la répartition du revenu total du travail.

1. La répartition du revenu total du travail n’est modifiable que d’une seule façon.

Des écarts de salaires horaires doivent être changés, en modulant différemment les variations de salaire nominal (exprimé en quantité de monnaie).

2. Les salaires réduisent la moyenne de ceux qui leur sont inférieurs, quand il y en a, et augmentent la moyenne de ceux qui leur sont supérieurs, quand il y en a.

S’il en allait autrement, la répartition du revenu total du travail ne serait pas modifiable en modulant différemment les variations de salaire nominal. Or elle l’est, ainsi que cela se constate statistiquement quand la modulation pratiquée a pour effet une croissance nominale plus élevée des hauts salaires que celle des autres ou, au contraire, une croissance nominale plus élevée des bas salaires que celle des autres.

3. Que le revenu total du travail fasse l’objet d’une répartition s’observe par ce que les écarts de salaire auraient pu être sans que ce total s’en trouve affecté.

La répartition d’un gâteau se négocie en s’entendant sur des proportions et non pas en dissertant sur la taille du gâteau.

4. Une grosse variation de l’écart entre les plus hauts salaires et la moyenne des autres a un gros effet sur cette moyenne.

Si 2 % des salaires horaires ont une moyenne 40 fois supérieure à celle de la moyenne des 98 % autres salaires horaires, à masse salariale constante de combien la moyenne des 98 % autres pourrait être augmentée en passant de 40 fois à 20 fois — en baissant, par conséquent, de moitié la moyenne des 2 % de salaires horaires les plus élevés — ?

De 41 % :

— Soient 98 salaires dont la moyenne est de 100 € = 9 800 €.

— Soient 2 salaires dont la moyenne est de 4 000 € = 8 000 €.

— Masse salariale = 17 800 €.

Cette masse est répartie pour 55 % entre 98 % des salaires et pour 45 % entre 2 % des salaires. Un rapport de plus de 1 à 100 entre les plus bas salaires et le plus haut peuvent conduire à cette distribution.

— 2 salaires de 2 000 € au lieu de 4 000 € chaque = 4 000 € au lieu de 8 000 €.

— Part de la masse salariale affectable aux 98 autres salariés : 17 800 € - 4 000 €= 13 800 €.

— Cette part passant de 9 800 € à 13 800 €, son augmentation est de 41 %.

 

Voir à ce sujet la chronique de Paul Fabra : des inégalités destructrices.