2.20. Les marchandises industrielles sont pour les unes produites en série et pour les autres dupliquées en série.

warning: Creating default object from empty value in /home/atelierpa/www/sites/all/modules/image_filter/image_filter.module on line 191.

Les livres publiés, les copies de films, les exemplaires du même logiciel, du même numéro d’un journal, de la même livraison d’une revue, etc., font partie de l’ensemble des marchandises industrielles, c’est-à-dire des marchandises que l’industrie humaine peut produire sans limite assignable pour autant qu’elle s’en donne les moyens. Mais leur nature fait qu’il est possible d’en reproduire un grand nombre d’exemplaires par un procédé de duplication.
Un moyen de distinguer les deux catégories de marchandises industrielles consiste à constater que les unes sont produites en série alors que les autres sont dupliquées en série.

Hiérarchie des marchandises industrielles

Pour produire dix mille voitures automobiles ou dix mille ordinateurs, il faut construire dix mille fois une automobile ou un ordinateur, après les études et les essais qui ont conduit à l’élaboration du modèle. Pour produire dix mille exemplaires du même logiciel, il faut produire ce logiciel puis le dupliquer en dix mille exemplaires, comme pour produire dix mille exemplaires d’un livre broché, il faut un jeu d’épreuves puis faire imprimer et brocher dix mille exemplaires.

Toute marchandise est un objet cessible en ce sens que sa vente transfère un droit de propriété auquel son vendeur renonce.
Cela n’empêche pas que, dans le cas de certaines marchandises dupliquées en série, le droit transféré est strictement limité à l’usage du produit.

Pour illustrer ce point, comparons ce que sont les droits de l’acheteur d’un livre et les droits de l’acheteur d’un logiciel. L’acheteur d’un livre n’a pas le droit d’en faire une copie intégrale mais a le droit de revendre ce livre. L’acheteur d’un logiciel a le droit d’en faire une copie à son seul usage mais n’a pas le droit de revendre l’usage qui lui est concédé non plus que l’exemplaire ou une copie de l’exemplaire qui lui a été fourni.

Pour une marchandise industrielle dupliquée en série, la notoriété que les prescripteurs les plus influents sur cette sorte de produit lui confèrent joue un rôle beaucoup plus important que pour une marchandise industrielle produite en série.
Comparer, pour exemples, ce qui se passe dans le cas des logiciels et des livres d’une part, des ordinateurs et du mobilier d’autre part. Pour les logiciels et les livres, la quantité qui en est vendue est fortement dépendante de l’appréciation des prescripteurs les plus influents. Le prix, pour autant qu’il reste inférieur au niveau jugé excessif par ces prescripteurs, n’a plus qu’une influence faible sur la quantité vendue.