2.4. Une marchandise comprend toujours la fourniture d'un service et parfois d'un bien.

L’expression « biens et services » est souvent utilisée à la place du mot « marchandises » ou de la notion de « production marchande ». L’expression « services et biens » serait même encore plus adéquate. La marchandise primaire, résultat d’une dépense d’énergie humaine mettant en œuvre des outils de production, est, en effet, un pur service.

Il est souhaitable que l’on ne considère plus les marchandises sous le seul aspect des produits finis de l’industrie. La prestation de service payée à la tâche d’un manœuvre est plus représentative de ce qu’est une marchandise. Une marchandise, c’est bien souvent :

  • la consultation d’une messagerie vocale,
  • le nettoyage de votre véhicule,
  • une livraison à domicile,

mais aussi

  • une  activation,
  • une facturation,
  • une assistance de dépannage automobile,
  • une assurance,
  • une réparation.

Une marchandise s’appuie très souvent sur un bien pour être délivrée, comme dans le cas du téléphone portable pour l’accès au service de communication. Cependant, depuis la toute première pratique des échanges marchands, aucun bien n’a été à lui seul une marchandise. Il en est ainsi parce qu’il a toujours fallu le service de la mise en vente.

Les biens possèdent des caractéristiques dont les services sont dépourvus. Ils sont stockables et transmissibles. C’est pourquoi la richesse est spontanément associée d’abord à la possession de biens. Mais ce qui fait la richesse du propriétaire d’un bien immobilier hors du commun n’est pas cette seule propriété. C’est aussi le nombre et la variété des personnes employées à servir ce propriétaire et sa famille ainsi qu’à travailler à l’entretien et à l’embellissement de la propriété.