2.7. Les moyens élémentaires de toute production humaine sont : du savoir accumulé, des ressources naturelles, du travail nouveau.

Énoncé

Du savoir accumulé

Il s’agit du savoir, accumulé et rectifié et parfois redécouvert de générations en générations. En d’autres termes, des connaissances de tout ordre.
On y trouve, par exemple, les techniques enseignées aux apprentis ainsi que les tours de main et les initiations à n’importe quelles activités. De même, toutes les théories sont des moyens de production; les théories économiques ne font pas exception.

Des ressources naturelles

Les ressources naturelles exploitées par l’homme lui procurent de l’énergie et des matériaux. Parmi ces ressources on trouve notamment l’énergie hydraulique, l’énergie éolienne, l’énergie nucléaire et le rayonnement solaire.

Par la dépense de sa propre énergie physique et mentale, l’homme tire de l’énergie et des matériaux notamment de la flore, des terres arables, de la faune, de sous-sols, du vent et de l’eau. Il faut à l’homme comme à tous les vivants la consommation incessante de ressources naturelles pour continuer à vivre et, dans le cas de l’homme, modifier ses conditions de vie.
Au musée des ressources naturelles fameuses dans l’histoire de la pensée économique, on trouve l’air, l’eau et le diamant, l’or. L’air à cause de sa gratuité, dans les circonstances ordinaires, alors que son utilité est vitale. L’eau potable et le diamant à cause de la bien moindre cherté de l’eau alors que son utilité est vitale et que celle du diamant ne l’est pas. L’or à cause de son utilisation, actuellement abandonnée, pour étalonner par son propre prix toutes les autres valeurs d’échange marchand.

Au palmarès des ressources naturelles dont les exploitations intensives ont considérablement contribué à modifier les conditions de vie des hommes on trouve le charbon, le pétrole, le gaz et l’énergie nucléaire. Il faut ajouter un défi qualitatif et quantitatif du futur humain concernant la production d’énergie par une combinaison de ressources naturelles inépuisables et au moyen de procédés de bout en bout écologiquement propres. C’est l’un des domaines de recherche puis d’aide à l’industrialisation qui doit et devra faire l’objet de très importantes subventions publiques avant la mise en exploita-tion commerciale des techniques prototypées au stade de la recherche.

Du travail nouveau

Du travail nouveau, c’est-à-dire, ici, une nouvelle dépense d’énergie humaine.
Dans la vie quotidienne, le travail est opposé aux loisirs. C’est inévitable mais cela ne doit cependant pas faire illusion. Les activités de loisir nécessitent aussi du travail, en tant que dépense d’énergie et exposition à la fatigue de celui qui s’y livre. Souvent leur résultat n’est pas seulement l’agrément qu’elles procurent: des biens y sont aussi produits. Dans de nombreux cas, le travail et la production de l’amateur et du professionnel sont très comparables et parfois identiques.