Analyses et prescriptions de Jacques Bichot

Jacques Bichot professe, dernier membre de phrase de la page d’accueil de son site : « l’économie peut être à la fois scientifique et humaniste ». Pour la tenir scientifique, il met en avant le « respect des faits, de la réalité ». Pour la tenir humaniste, il donne pour règle que « l’outil économique doit servir à éclairer les décisions, celles du particulier comme celles du Chef d’État, et partant à rendre les hommes plus responsables de leurs actes ».

De substantiels et bénéfiques changements se trouvent en usant sélectivement de « l’outil économique » tel que des universitaires ont largement, et de plus en plus exclusivement, contribué à le configurer. Dans les analyses et prescriptions qui établissent la possibilité et la nécessité de ces changements, celles de Jacques Bichot viennent sur le dessus du panier.

Nous recommandons vivement d’en prendre connaissance. Les visites renouvelées des pages [Actualités] et [Travaux] renseignent sur l’objet et la disponibilité des plus récentes publications de cet économiste. Et la fonction [Contact] n’est heureusement pas l’une de celles qui restent sans réponse !

Cela étant, se pose la question de la direction à prendre pour qu’au service de la finalité humaniste en affaires économiques soient utilisés des outils vraiment scientifiques, dont en premier lieu des concepts ou, comme on voudra, des catégories. Les crises économiques ne se répéteraient pas aussi souvent et en faisant autant de dommages si elles n’avaient pas pour terreau mental des théorisations scientifiquement inadéquates par leurs commencements. Aucune sensibilité politique et morale n’élimine les conséquences néfastes de cette inadéquation.

Le respect du réel, et du réalisable durable, est avant tout affaire de concepts, répétons-le. Les ouvriers de la première heure de l’Atelier Paul Fabra ont-ils vu juste, ou tout au moins plutôt plus juste que faux, sur les catégories qu’ils ont jugées devoir être placées au commencement logique d’une science économique fondamentalement exacte ? Que n’ont-ils pas encore assez adroitement posé et assez complètement justifié ? Quelles approbations, réprobations et recommandations semblent devoir mériter leur thèse ?

Jacques Bichot ne fuit pas l’examen de ces questions et de bien d’autres attenantes. Mais cet examen est lourd, du fait de son objet et de ses implications. Jacques Bichot ferait volontiers partie d’un groupe de travail ad hoc. L’institution et le réseau de relations qui se prêteraient à la constitution de ce groupe restent à trouver. Y parvenir sera moins difficile quand Science économique, propositions premières de l’Atelier Paul Fabra et Politique économique, propositions majeures de même provenance seront des livres commercialisés.