L'Anticapitalisme : la pétition de principe du marxisme qui, accréditée, a engendré le néolibéralisme

Extrait du chapitre 5, sous titre de l’auteur, mentions entre [ et ] de DM]

Où l’immense « révolution théorique » du marxisme se réduit à un contresens

[Quinzième paragraphe] … [Adam Smith] croyait que l’échange portait sur le travail. Marx rectifie bien cette erreur grossière mais c’est pour affirmer que le capitaliste achète la force qui engendre le travail, comme si c’était le travail lui-même [en tant que dépense d’énergie humaine] qui intéressait le capitaliste. Marx pousse la méprise jusqu’à ses extrêmes conséquences. [Ce faisant il commet la pétition de principe constitutive de l’apparente recevabilité du marxisme et à ce point accréditée par la pensée économique néoclassique qu’elle a engendré ce qu’il est maintenant convenu couramment d’appeler le néolibéralisme, ou « le capitalisme » tout court aux yeux de la quasi-totalité de nos contemporains all around the world jusqu’à présent (2011).]

Le raisonnement syllogistique [au sens péjoratif de raisonnement purement formel, étranger au réel] dont la conclusion lui [Marx] semble livrer la vérité est exposé dans la préface d’Engels :

En quoi s’analyse en définitive le travail ? En une dépense d’énergie humaine. Cette dépense d’énergie, « en tant qu’activité créatrice de valeur ne peut pas avoir de valeur particulière [pas de valeur d’échange en contrepartie d’un salaire] ». Ce qui s’achète et se vend sur le marché du travail n’est donc pas le travail.

Cependant, si le travail lui-même n’a pas de valeur [marchande], l’entretien de la force de travail coûte un certain prix en nourriture, vêtement, logement et autres biens nécessaires à la vie du travailleur. La force de travail peut donc avoir une valeur.

Elle a effectivement cette valeur « dès qu’elle devient une marchandise ».

La conclusion coule alors de source : « L’achat et la vente de la force de travail de travail sur la base de cette valeur ne sont donc * nullement en contradiction avec la loi économique de la valeur. »

Après avoir écrit : « Ce qui s’achète et se vend comme marchandise, ce n’est pas le travail, mais la force de travail », Engels écrit : « Dès qu’elle devient marchandise [soulignement de DM], sa valeur est fonction du travail incorporé en elle, en tant qu’elle est un produit social ; elle est égale au travail socialement nécessaire à la production et reproduction de la force de travail. L’achat et la vente de la force de travail sur la base de cette valeur ne sont donc nullement en contradiction avec la loi économique de la valeur. »

Le lecteur aura remarqué le : « Dès qu’elle devient marchandise… ». La question est résolue d’avance alors que c’est elle qu’il s’agit de résoudre. [C’est le propre d’une pétition de principe, cette faute de raisonnement dont, pour l’heure, de moins en moins de gens ayant pourtant fait « de bonnes études » savent en quoi elle consiste et quel nom elle porte.]

[Mise au jour par Paul Fabra seul et pour la première fois, la solution orthologique au problème du statut du travail en économie est exposée au chapitre 2 de la section Science économique du présent site. Je n’ai mis en chantier des Propositions premières de science économique qu’après avoir appris de Fabra l’existence de cette solution sans laquelle il manque une pièce irremplaçable d’articulation logique d’un traité d’économie politique objective (EPO, ou « science économique » au singulier) – irremplaçable car sans cette élucidation.]

––––––––––––––––––––––

* C’est moi [Paul Fabra] qui souligne donc dans cette phrase. Par une sorte de fatalité « symptomale » [symptomatique, au sens non médical de cet adjectif, caractéristique, telle je comprends la chose qui vaut, ô combien, d’être remarquée], l’emploi du « donc » par un auteur est souvent le signe que son raisonnement est fautif, comme si l’insertion de cette conjonction était destinée à tenir lieu de l’articulation logique qui manque à cet endroit précis.