Capital humain

Basée sur de bons sentiments, l'expression "capital humain" recelle en fait de redoutables pièges :

  • Elle met sur le même plan différents types de capitaux, comme si l'on pouvait choisir entre travail et capital ainsi que le promeut la théorie néo-classique, ravalant ainsi l'homme à une marchandise.
  • Elle entretient l'idée que l'économie est faite pour le profit et qu'il faut y apporter une contrepartie humaniste - d'où la notion de capital humain - pour contrebalancer cet état de fait supposé.
  • Elle encourage l'intervention croissante de l'Etat dans l'économie afin d'en corriger les travers plutôt que de mettre en place un système équitable, structurellement fondé sur la loi de l'échange et régulé par une saine concurrence tant sur les produits manufacturés que sur l'épargne.
  • Elle déforme négativementle concept central de capital de la brillante inspiration donnée initialement par Ricardo comme l'ensemble des richesses de la nation mises à disposition pour donner effet au travail.