Banques : ont-elles favorisé la croissance ?, Roland Verhille

Résumé

Aux yeux de beaucoup, les banques portent la responsabilité de la crise actuelle, pire que celles jamais connues au point d’entraver les activités économiques du monde entier et de gravement porter atteinte au sort de centaines de millions de gens. En réalité, elles n’ont été qu’agent d’exécution des États ayant dopé la croissance économique au moyen d’injections d’énormes quantités de monnaie distribuée par elles, ce qui est leur raison d’être. Les agents économiques gavés par les banques de cette monnaie empruntée auprès d’elles mais sans emploi en investissements productifs en ont utilisé une grande partie pour spéculer ; les banques se sont même lancées elles mêmes dans ces spéculations. Les bulles spéculatives ayant éclaté, ce qui est leur sort inéluctable, la monnaie prêtée par les banques mais empruntée par elles auprès des banques centrales est perdue (pas pour tous), d’où leur situation de faillite.

Fichier attachéTaille
Rev_eco_obj_2009-04-22.pdf98.84 Ko