145 - Samedi 29 octobre 2010, épisode 42

Quatre régimes économiques de base, 2/2

Perpendiculairement à l’axe typologique centralisme – libéralisme, il y a l'axe qui tient compte de la structure des passifs des entreprises.

5. Un autre critère typologique des régimes économiques est le taux moyen de capitalisation des entreprises.

Quand ce taux est inférieur à 50 %, plus de crédit que de capital participe au financement des entreprises. Les néologismes « créditisme » est « créditiste » sont utilisables pour désigner cette caractéristique majeure d’un régime économique.

Inversement, quand le taux moyen de capitalisation est supérieur à 50 %, plus de capital, et, plus ou moins marginalement, de quasi-capital que de crédit participe au financement des entreprises. La substantif « capitalisme » et l’adjectif « capitaliste » sont utilisables pour désigner cette caractéristique d’un régime économique.

6. Créditisme et capitalisme sont les pôles d’un second axe typologique.

L’indication d’un pourcentage permet de préciser l’usage de la distinction entre créditisme et capitalisme :

  • Des taux moyens de capitalisation de 20 ou 40 % font un créditisme à 80 ou 60 %.
  • Des taux moyens de capitalisation de 60 ou 80 % font du capitalisme à 60 ou 80 %.

Selon ces degrés, il n’y a pas lieu de s’attendre à ce que cela revienne à peu près au même.

7. Ces considérations conduisent à une typologie en quatre classes des régimes économiques.

1 – centralisme créditiste, alias créditisme centralisé ;
2 – centralisme capitaliste, alias capitalisme centralisé ;
3 – libéralisme créditiste, alias créditisme libéral ;
4 – libéralisme capitaliste,alias capitalisme libéral.

Plus à ce sujet

8. Ce qui importe le plus en organisation économique n’est que partiellement pris en compte par cette typologie.
9. Quel est le régime de base le moins exposé aux crises d’origine financière et le plus apte à procurer le plein-emploi ?

Prochains épisodes

Le profit, qu’est-ce à dire en science économique ?

DM