Réponse de Jacques Bichot

À l'attention de Dominique Michaut et Antoine Lonjon

Tout d'abord je vous prie de bien vouloir excuser une réponse si tardive. Le travail intense que j'ai cru devoir fournir (en vain, sauf l'article 16) durant la période de préparation puis de discussion au Parlement de la loi retraites a provoqué la mise au frigidaire de beaucoup de messages qui m'étaient adressés. L'intérêt que je porte aux idées de Paul Fabra depuis la lecture de  "L'anticapitalisme" il y a 3 douzaines d'années, à l'époque où je passais des maths à l'économie, a peut-être d'ailleurs contribué à ce retard, car il me semblait que ma réponse à votre courriel ne pourrait être que l'entrée dans un dialogue assez approfondi, que je ne pouvais matériellement assumer alors. Et de fait, la lecture de votre commentaire de Caritas in veritate, plus la référence que vous faites à Raymond Boudon, pour la perspicacité duquel j'ai une révérence toute particulière, me conduisent à vous dire que je souhaite vivement vous rencontrer, si vous le voulez bien, pour entamer un échange que je prévois intéressant et fructueux.

Sans aller bien loin dans ce message, je dirai du moins que les réserves dont vous faites part concernant une dévalorisation de l'échange liée à la magnification du don rejoignent une de mes préoccupations majeures. Mes travaux relatifs à la protection sociale consistent pour l'essentiel à montrer que l'échange y joue de facto un rôle primordial, et que sa négation par un système politico-juridique qui privilégie la justice distributive par rapport à la justice commutative est peu respectueuse de la dignité humaine. La doctrine sociale de l'Eglise est en train d'évoluer sur ce point et l'encyclique que vous avez analysée encourage à mon avis les économistes croyants à participer à cette évolution, qui correspond tout simplement à une meilleure compréhension de la réalité.

(...)

Cordialement, Jacques Bichot

________________

Note du secrétariat de l'Atelier : Les références faites sur notre site à l'oeuvre de l'épistémologue et sociologue Raymond Boudon se trouvent en tapant dans le champ Chercher dans ce site ce nom (sans ou avec le prénom) puis, bien entendu, en appuyant sur la touche [Entrée] du clavier de l'ordinateur ou en cliquant sur le bouton Recherche