Prix

warning: Creating default object from empty value in /home/atelierpa/www/sites/all/modules/i18n/i18ntaxonomy/i18ntaxonomy.pages.inc on line 34.

Énoncé

Un prix est une valeur d'échange, c'est à dire un rapport de quantités échangées à titre marchand. Un pain vaut deux poissons, ce qui est équivalent à deux poissons valent un pain. L’usage le plus commode et le plus répandu est d’exprimer un prix sous la forme d’une quantité d’argent.

Représentation graphique : valeur d'échange versus valeur d'usage

[image:353 size=preview nolink=1]

Tableau gigogne d’analyse des ventes, des charges et des marges

Date: 
26 septembre 2013

Le tableau ci-dessous offre une modélisation pour la formation des prix de vente des produits et services des entreprises. L'étude de cette modélisation est proposée étape par étape, afin d'aboutir à une présentation exploitable des résultats de la comptabilité analytique pour le contrôle de gestion.

Détermination des prix et régulation

Date: 
29 juin 2013

Sans une compréhension des principes de déterminantation des prix, il est quasi impossible de parler de régulation du système économique. Une bonne partie de l'échec des politiques actuelles aussi bien sur la politique de l'épargne et de l'investissement que sur celle de l'emploi vient de cette incompréhension.

Théorie de la valeur

01/03/2011, DM

Une théorie de la valeur fait partie des fondements de l’économie politique objective. Reposant sur la distinction entre valeur d’usage et valeur d’échange, introduite à notre connaissance dans la pensée économique par Adam Smith dans un passage incidemment soumis à la sagacité du lecteur, cette théorie tient en peu de propositions :

L'Anticapitalisme : la rupture épistémologique

Extrait du chapitre 5, intertitre de l'auteur, mentions entre [ et ] de DM, ajout par ce dernier d'un commentaire sur le concept de rupture épistémologique

116 - Jeudi 10 décembre 2009, épisode 12

Annonces

  • Un nouveau livre de Paul Fabra vient de paraître. Ses références sont données à la page suivante: le capitalisme sans capital.
  • Tout le chapitre 2, La marchandise, des Propositions premières est maintenant consultable sur le site sans avoir à télécharger un fichier PDF.

11.2. Les rapports immédiats entre offre et demande ne régissent que certains de ces prix.

1. Les marchés d’ajustement immédiat entre l’offre et la demande par les prix sont de deux sortes.

Pour une part, ce sont les marchés où les entreprises ne sont souvent que des intermédiaires dans l’organisation des transactions. Sur d’autres de ces marchés, il n’y a que des entreprises qui vendent et achètent des marchandises sur lesquelles ces transactions portent.

2.26. Toute valeur d’échange, en contrepartie marchande, étant ce qu’il est convenu d’appeler un prix, tout salaire et tout profit est un prix.

Les salaires sont en contrepartie d’une fourniture et c’est pourquoi ils sont des prix. Les intérêts dus par un emprunteur à un prêteur sont en contrepartie d’une fourniture et c’est pourquoi ils sont des prix. Les profits sont également en contrepartie d’une fourniture et c’est pourquoi ils sont également des prix.

2.25. Clarifications sur l'usage des mots «prix» et «coût»

Il est commode d’utiliser le mot « prix » pour désigner la valeur d’échange d’une marchandise selon les dires et dans les comptes de son vendeur et le mot « coût » pour désigner la valeur d’échange de la même marchandise ou d’une autre selon les dires et dans les comptes de son acheteur.

2.6. Les monnaies ayant cours ne sont pas des marchandises.

Une monnaie ayant cours est constituée de signes qui n’ont d’utilité que parce qu’ils ont un pouvoir d’échange contre n’importe quelle marchandise, là où cette monnaie est acceptée par les vendeurs. La valeur d’usage des monnaies ayant cours est réduite au fait qu’elles ont une valeur d’échange. C’est pourquoi les monnaies ayant cours ne sont pas des marchandises.

Syndiquer le contenu