Capital humain

warning: Creating default object from empty value in /home/atelierpa/www/sites/all/modules/i18n/i18ntaxonomy/i18ntaxonomy.pages.inc on line 34.

Basée sur de bons sentiments, l'expression "capital humain" recelle en fait de redoutables pièges :

  • Elle met sur le même plan différents types de capitaux, comme si l'on pouvait choisir entre travail et capital ainsi que le promeut la théorie néo-classique, ravalant ainsi l'homme à une marchandise.
  • Elle entretient l'idée que l'économie est faite pour le profit et qu'il faut y apporter une contrepartie humaniste - d'où la notion de capital humain - pour contrebalancer cet état de fait supposé.
  • Elle encourage l'intervention croissante de l'Etat dans l'économie afin d'en corriger les travers plutôt que de mettre en place un système équitable, structurellement fondé sur la loi de l'échange et régulé par une saine concurrence tant sur les produits manufacturés que sur l'épargne.
  • Elle déforme négativementle concept central de capital de la brillante inspiration donnée initialement par Ricardo comme l'ensemble des richesses de la nation mises à disposition pour donner effet au travail.

Caritas in veritate : science économique et doctrine sociale de l’Église catholique

Introduction

Ces notes portent sur une partie du message que le « Souverain Pontife Benoît XVI » adresse par sa « Lettre encyclique Caritas in veritate (…) à tous les hommes de bonne volonté sur le développement humain intégral dans la charité et dans la vérité ».

2.7. Les moyens élémentaires de toute production humaine sont : du savoir accumulé, des ressources naturelles, du travail nouveau.

Énoncé

Du savoir accumulé

Il s’agit du savoir, accumulé et rectifié et parfois redécouvert de générations en générations. En d’autres termes, des connaissances de tout ordre.

2.2. Le travail en tant que dépense d'énergie humaine n'est pas une marchandise.

Le travail, en tant que dépense d’énergie humaine, est et restera un moyen indispensable à l’échange de toutes les marchandises. Le vendeur, le chaland et l’acheteur dépensent de leur énergie et de leur temps dans l’exercice de leurs fonctions respectives.

Syndiquer le contenu