Profit

warning: Creating default object from empty value in /home/atelierpa/www/sites/all/modules/i18n/i18ntaxonomy/i18ntaxonomy.pages.inc on line 34.

Énoncé

On appelle « profit » le revenu de la propriété ou de la copropriété d’une entreprise.

Représentation graphique du profit dans l'échange marchand

[image:328 size=preview nolink=1]

H - L'impact social du profit suffisant

L’instauration de la pleine rémunération du capital change le statut du profit. Les taux nationaux de profit sur capital sont des prix moyens sans cesse ramenés à leur niveau suffisant pour : établir le plein-emploi, et le rétablir chaque fois qu’il est compromis ; procurer du complément de retraite, voire du remplacement de retraite par répartition.

L'Anticapitalisme : le profit dans le schéma général de l'échange

 

Extraits du chapitre 6, Le profit dans le schéma général de l’échange

[7 paragraphes après le début de ce chapitre, après un premier membre de phrase pour transition :]

7.10. La relation EPCE ne détermine qu’en partie la hauteur, à chaque instant, du taux moyen de profit sur capital.

1. Le profit a, rappelons-le, deux fonctions.

L’une est de susciter suffisament de placement en capital pour qu’il en résulte un nombre d'emploi suffisant. L’autre est de procurer ce qu’il est déplacé de ne pas appeler des « rentes » alors qu’on parle tant de « rentabilité » et des problèmes que le service de pensions de retraites pose.

Pourquoi, en vue d'articuler une politique économique, s'appesantir sur le profit ?

(Pour renvoi à partir du bulletin 147)

Anticipons un peu deux bonnes nouvelles dont, dans le bulletin de l’Atelier, une assez prochaine série d’épisodes du feuilleton de science économique exposera les tenants et les aboutissants.

6.8. La publicité des taux moyens de profit sur capital incombe aux pouvoirs publics.

1. Un ratio est une valeur relative économiquement significative.

Tout ce qui est ci-dessus admis sur le capital et le profit fait partie de ce qui est à prendre en compte pour rendre ces ratios conceptuellement pertinents et, partant, statistiquement justes dans la limite des marges d’erreurs inhérentes à l’usage d’échantillons.

6.7. Disons de l’un des taux de profit qu’il est une « rentabilité » et de l’autre une « profitabilité ».

1. D’une part, le profit est la rémunération du placement en capital.

D’autre part, le profit est obtenu au moyen de ventes, lesquelles, portant toutes sur des marchandises composées, sont effectuées par la mise en œuvre des actifs financés par un passif dont un capital fait partie. C’est pourquoi il existe deux taux significatifs de profit.

6.5. La distribution de la totalité des bénéfices des entreprises est sensée.

[Une argumentation en ce sens a figuré à l’appui de la proposition 3.5. Sa partie sur la doctrine de la répartition des bénéfices en trois parts a été rattachée à la proposition 4.2.3 et sa partie sur l’abandon de la part d’autofinancement a été déplacée en argumentation de la présente proposition.]

6.4. Le profit a, lui aussi, pour nécessité celle du service dont il est la contrepartie marchande.

1. Le profit rend marchand le service de la mise en capital.

Comme le service du travail et le salaire, un placement en crédit et l’intérêt qu’il rapporte sont les deux termes d’un échange marchand. Il en va de même d’un placement en capital et du profit qu’il rapporte.

Syndiquer le contenu